L’ouverture de la pêche à la truite

Fouilla mes belets !

Ya un rapporte-paquet qu’a dit au poste que dans quinze jours mêcredi ça serait l’ouverture à la truite.
Mais entention la truite c’est espécial : faut pas trop tirer sur la ficelle.
T’as le droit : 1/2 heure avant le lever du Phébus, une maille entre 20 et 23 cm (faut pas qu’ê zaient que les claquettes sous la couane), et pas plus de six
captures par jour.
Si tu fais ton saccaraut, tu peux te retrouver à la Talaud à te dire : « Pour selon que je l’ai fait, j’aurais pas dû… »

Enfin baste de ça, c’est pas mes affaires !

Mon pépé de Saint-Cham’ c’est pas vraiment un secoueur d’eau douce mais y fait toujours l’ouverture. Ma mémée, elle rouscaille après lui :
« Millapiat, la nuit est mieux noirte que de la pigle, y fait une froid de canard, et si ça se trouve le gour est encore tout caillé de gel, et tu vas revenir tout machûré, et tu vas moucher un rhub et tu vas carcameler jusqu’à des point d’heure ! »

Mon pépé y part âque sa lampe électrique et son manger :

  • des rondelles de bitors (il en prend toujours 6 passe qu’y dit au printemps les 6 rondelles sont de retour),
  • son omelette froide,
  • sa fourme aux artisons,
  • sans oublier son pâté aux pommes,
  • son petit Côte du Forez (y pique un peu mais il est juste comme il faut en degrés),
  • et sa débeloise de kawa pour éviter de se geler les agotiaux.

En chemin y soulève quêques bouzats pour dégotter des vazeux et ça fait la rue Michel. Y va toujours dans sa bonne gâche, que ya que lui qu’y connait,
vers une boutasse bien calme.
Les truites, mon pépé, il s’en moque comme de son premier canesson.

S’y fait l’ouverture c’est pour avoir la paix et le silence une journée tirant,
sans avoir la chanforgne de la mémée qu’ê sur lui comme un pou sur une rogne, pour casser une douelle tranquille du temps de midi, faire une pranière dans sa guitoune et faire sa pissorette dans la futaie, sans se faire houspiller passe qu’il en met de partout sur la lunette des communs.
Les caprinidés et autres salmonidés y peuvent continuer à faire ça qu’y zont à faire, c’est pas mon pépé qu’y va s’échargner à leur cigroler les écailles.

Bien sûr, quand y s’rentourne, il est bien obligé de passer acheter au moinsse une « arc-en-ciel » chez la mère Machin place de la Liberté.

Mon pépé de Saint-Cham’ il a rien à se faire pardonner.
Ben oui, il a jamais pêché !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *