La lettre de regrets de Mikhaïl Kalachnikov

Fouilla mes belets !

Y’a un rapporte-paquet qu’a dit dans le poste qu’avant de lever les broches à 94 ans, le Ruskof qu’avait inventé le fusil d’assaut, la « Kalach », il avait le martingot qui lui cigrolait le tempérament, alors il a écrit une bafouille à son prêtre orthodoxiste préféré, cuici qu’est cocu (on l’appelle le pope-cornes) pour y dire qu’il avait pas fait exeûprès et qu’il avait des regrets.

A ben, Mikhaïl, ou y a une couille quêque part ou tu nous prends pour des badorlats ?
T’es ptêt’ un super « Manuchard » mais t’aurais pu tâcher moyen d’inventer des trucs comme, chaî pas moi : la glace au génépi, le journal l’épatant, le post-it ou la débeloise nespresso…
Même le sex toy pourquoi pas ?
C’est quoi un sex toy ?
Ben c’est un sexe à piles…
Ben non, faire que faire, t’as construit des AK47 qui petafinent des pleines  bourouettes de brave monde avec  du 7.62. Apré sampian, c’est bien le moment de vider ta boge devant l‘éternel…

C’est comme l’autre crâne de piaf, le Joseph Glidden, un grossium du Niou Hampecheur en 1874, au lieu d’inventer le « Charleston » il a inventé le fil de fer barbelé pour garder les gros bestiaux dans les piailles d’Amérique.
En fait, il était au Medef et y voulait plus déprofiter ses sous à payer des cows boys à se branler les bannes en roulant des Marlboros. Il était plein de yas quand il est allé brouter les pissenlits par la racine, bien avancé mainant ? Mais le pauv’ bazut il avait pas brogé à ce que des « charipes » allaient faire à des femmes et des hommes âque son barbelé !

Par contre, si le Petit Poucet avait connu le GPS, il aurait pas guenillé dans c’te forêt noirte comme des grêles jusqu’à des point d’heure et surtout les petiotes de c’te jacounasse d’ogre, ben elles seraient en 6e au lieu d’être au cemitière, bissignettes !
En plus mon pépé de Saint-Cham’ y dit toujours qu’on joue pas avec le pain.

Enfin baste de ça, c’est pas mes affaires !

Mon pépé de Saint-Cham’, il a pas été aux grandes écoles mais y dit qu’y faut toujours y reluquer à deux fois avant de courater au concours Lépine.

Un jour dans les piailles de « Paradis », il a inventé la « Corbécine ».
C’est pas un antibiotique, non, c’est quand tu débaroules entremis les fleurs des champs et que t’arrives en riant au fin fond des garipelles tout dépenaillé.
Après mon pépé y m’ébouriffe les cheveux en disant :
« Mon canou viens faire un bâ et bois ton antésite ça va te requinquer… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *